Scorpion saison 1 : Dénouement totalement idiot ?

scorpion_banniere

Présentation de la série 

Bonjour a tous , on se retrouve pour une analyse de série. Aujourd’hui on va parler de scorpions la série de M6.  Pour ceux qui ne connaissent pas Scorpions c’est 4 « grosses tètes » qui sont mis au service de la loi. En effet ces quatre personnes sont complémentaires car ils ont chacun une spécialité. Cette série est bien sur axé enquête mais aussi sur l’informatique.  Donc dans cet article nous allons voir si la saison 1 contient un dénouement totalement idiot ou pas.


Les personnages

Comme je l’ai dit précédemment il y a quatre personnages accompagnés d’un agent du FBI. En effet cet agent est spécial pour Walter car il l’a arrêté quand il était enfant. En effet il l’a arrêté pour piratage .Ces quatre personnages sont très liés entre eux et sont vraiment complémentaires. On a un mentaliste , une mécanicienne, un mathématicien et Walter l’homme avec 197 de QI.  Ce qui est vraiment spécial dans cette série est que le personnage de Walter est tiré d’une histoire vraie. En effet il y a vraiment quelqu’un qui a fait ça dans ce monde. Tout au long de la saison 1 on peut se demander comment l’épisode final va se dérouler tout en se basant sur une histoire vraie. Cet épisode est-il un dénouement totalement idiot ou non ? Je vais donc conclure cela dans le prochain paragraphe.


Episode final : Au bout du gouffre

Pourquoi cet épisode n’est pas un dénouement totalement idiot?

Dans cet épisode , la série ne se comporte pas vraiment comme prévue , ici on sent vraiment que la production a voulu faire un épisode vraiment spécial. Personnellement je trouve que l’épisode final nous tient vraiment en halène , on a vraiment envie de voir la suite. Pour moi cet épisode n’est pas un dénouement totalement idiot car l’épisode clôt vraiment la saison et il tient la route. Puis surtout il se finit bien et il y a pas mal de rebondissements. De plus nous avons une surprise. Je ne vais pas vous en dire plus je n’ai pas envie de vous spoil. Il m’a beaucoup plus cependant c’est vrai que ce n’est pas un épisode classique comme les autres. Du coup on aurait peut être voulu un peu plus d’actions.

Merci d’avoir lu cet article , à bientôt pour de nouveaux articles avec une seule et même question : cette série comporte-elle un dénouement totalement idiot ?

replay saison 1: http://www.m6.fr/serie-scorpion/saison-1–page5.html

Irisio.

 

La dénouement totalement idiot ? La Horde du Contrevent

Première approche

– Du vrai n’importe quoi, voilà qu’il va nous parler d’un livre maintenant..

– Et oui Jami ! C’est ça quand on réfléchit pas à son nom de domaine ! Anyway..

Nous parlerons donc aujourd’hui du fameux livre La Horde du Contrevent. Je n’avais jamais entendu parler de ce romain auparavant. Je l’ai découvert sur l’étagère du CDI de mon lycée et la couverture m’intriguait. Je l’ai feuilleté vite-fait, et j’ai également remarqué la pagination inversée, et le fait que certaines pages étaient remplies de ponctuations.. uniquement ! Je me suis donc dit qu’il faudrait que je lise ce livre.. et bon sang ce que j’ai bien fait. Malgré son dénouement totalement idiot, ce roman fut une expérience pour moi, je vous le recommande grandement avant de poursuivre la lecture de cet article, vous ne le regretterez pas.


Synopsis

« Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromètre et géomètre, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. »

Tel est décrit ce roman (à dénouement totalement idiot rappelons-le 🙂 ) sur la 4ème de couverture. J’ai préféré le garder comme tel, car je le trouve très bien écrit, et d’une certaine manière, il prépare à ce dans nous nous embarquons en acquérant ce livre. L’histoire peut paraître assez simple pour un livre ayant remporté le grand prix de  l’imaginaire. C’est parce que la grandeur de ce livre ne repose pas que sur son histoire.


Le comment du pourquoi que c’est bien

Ce roman, c’est un univers à lui-même. Nous sommes plongés dans un monde où le vent est considéré comme la source de tout, de la terre, de la vie. C’est un concept que le lecteur apprendra ou du moins essaiera d’assimiler tout au long de l’aventure de notre horde. Malgré le dénouement totalement idiot qui nous attend, le chemin qui nous y amène est parsemé de surprises et d’émotions fortes. Il est très difficile pour moi d’exprimer avec des mots les sensations que j’ai pu ressentir en suivant l’aventure de notre Horde. La plume de Damasio nous guide à travers tellement d’émotions. La qualité d’écriture est remarquable, certaines lignes, je pense, pouvant être comparées à de la poésie :

« Moins que d’autres, je ne savais si le but de notre vie avait un sens. Mais je savais, plus que quiconque, qu’elle avait une valeur. Par elle-même, directement, hors de toute réussite ou déroute. Cette valeur venait du combat. Elle venait du rapport profondément physique que nous avions au vent. Un corps à corps. Elle venait de la qualité impressionnante de notre Fer et de notre Pack. De l’épaisseur à peine concevable de connaissances et d’expériences dont nos os avaient hérité. Elle venait d’une noblesse de cœur et de rage dont je me sentais, avec Golgoth, le premier porteur. » (p.378-377)


Ce fameux combat

Attention, ça spoil sévère en dessous. Il serait regrettable ne pas avoir lu le livre avant de lire cet article.

Car oui, en plus du scénario au dénouement totalement idiot, La Horde du Contrevent raconte avant tout un combat. Un combat contre le Vent lui-même. Comme dis précédemment, Le Vent est à la source de tout, y compris la vie. Il existe six formes de vents, classés selon leur puissance, plus ou moins. Il en existe également une septième qui est une sorte de vent vertical aux propriétés déroutantes (le livre entier l’est). Enfin nous arrivons aux formes spirituelles du vent. La huitième qui est le vif, représente la force vitale de chaque individu. Et la neuvième, qui est le défi, la mort, qui est ce que tous les hordiers finiront par rencontrer au bout de leur aventure. La neuvième forme est une épreuve, à laquelle il faut survivre, tel est le but de notre 34ème Horde. Et juste avant notre dénouement totalement idiot, seul Sov survivra à sa neuvième forme. Le concept des formes est je pense plutôt difficile à assimiler, le lecteur à des chances de se sentir perdu dès le début du roman, lais n’ayez crainte, on trouve toujours une explication. Soyez juste attentifs dans votre lecture.


Le dénouement totalement idiot ?

Je pourrais parler des heures et des heures de ce roman, mais je n’en ai pas le temps, actuellement. Je décide donc d’abréger et de parler de ce fameux dénouement totalement idiot.

La fin, et ben on nous l’annonce environ 250-300 pages avant la fin ! Du moins, on nous la suggère, cela dépend de la confiance que vous avez en Caracole, et en les livres de la tour Ær. Le fameux bloc que lit Oroshi, nous annonce déjà qu’il n’y a pas d’extrême-amont au sens propre. Et Caracole, l’autochrone, qui nous annonce que Sov sera le seul à vaincre sa neuvième forme, le seul à survivre, le seul à constater le dénouement totalement idiot de cette épique aventure. Malgré ces dires remis en question par la horde tout au long de la fin du récit, ils s’avéreront vrai. Voila. Il n’y a pas d’Extrême-Amont.

On nous apprend dans les trois dernières lignes, à la page 0, que Sov est en réalité retourné à Aberlaas, l’Extrême-Aval.

Et là je me suis dit, wow. Tout ça pour ça. Un dénouement totalement idiot comme celui-là, on en croise pas tous les jours. J’étais bouche-bée à la fin de ma lecture. Car c’est du génie. Car ces trois dernières lignes donnent un tout autre aspect au livre. L’intérêt principal du livre n’était pas de nous conter la découverte de l’Extrême-Amont par la Horde, non. Le but était de nous montrer le combat, la détermination de nos personnages face au Vent. La raison de leur combat, qu’ils mènent depuis leur enfance. Et me rendre compte de cela m’a fait encore plus adorer ce livre. Bon-sang ce que vous manquez en lisant ces lignes sans avoir lu le bouquin.. Malgré la fin désormais dans votre tête, je vous conseille de lire ce livre. C’est une expérience unique que vous ne retrouverez nulle-par ailleurs.

Sur ce, je vous laisse, mes amis,

bon Vent.


-Badong


 

Le dénouement totalement idiot ? Arrow saison 3 épisode final

arrow-saison-4-episode-6-episode-1-season
Présentation de la série

Pendant les vacances scolaires j’ai regardé les 3 saisons d’Arrow. En effet je me suis investi dans cette série et j’ai finis les 3 saisons en très peu de temps. Je vais vous résumer brièvement l’histoire principal de la série. C’est un naufragé sur une île depuis 5 ans qui un bout jour se retrouve sauvé et rentre chez lui cependant une mission. Cette mission lui est donné par son père et il se doit de l’accomplir. Comme je l’ai dit précédemment j’ai regardé les 3 premières saisons. Je suis donc en mesure d’analyser le dernier épisode . Le dénouement totalement idiot est -il présent dans cette saison ?


Le dernier épisode de la saison 3

Je vais donc essayer de vous parler du dernier épisode sans trop vous spoiler si vous n’avez pas regardé la série. Dans le dernier épisode on peut voir un énorme combat qui dure vraiment tout l’épisode. Cet épisode comporte de multiples rebondissements. Bien sur on a une idée du gagnant , c’est largement prévisible mais ce combat est quand même assez impressionnant et riche en action. Mais la question va être peut-on considérer un combat final comme  une fin contenant » le dénouement totalement idiot » ? Et bien tout dépend du contexte selon moi. En effet connaissant la série non ça ne surprends pas du tout car la série est justement basé sur l’action et sur des combats impressionnants.


Le dénouement totalement idiot?

Pourquoi cet épisode n’est pas un dénouement totalement idiot ?

Ce dernier épisode était vraiment impressionnant , en effet c’était bourré d’effets spéciaux et d’actions. Ce n’était pas un combat décevant ou le héros dépasse largement le méchant. Non il est en difficultés tout au long de l’épisode et les derniers mots du méchant était vraiment bien choisis. L’épisode final est la recette de la saison 3 et cet épisode clos bien l’intrigue de cette saison et cela ce finit bien. Donc pour finir cette saison ne comporte pas un épisode considéré comme « le dénouement totalement idiot »car l’épisode est vraiment censé et on ne peux vraiment pas imaginer autre chose pour l’épisode finale enfin pour ma part.

Sur ce je vous dis à bientôt sur des autres critiques de séries avec une seule et même question : Cette série comporte-elle un véritable dénouement totalement  idiot ?

Irisio.

Le dénouement totalement idiot ? Mr. Robot saison 2, Le Grand Final

Du prévisible ?

Cet épisode fut attendu avec impatience pour la plupart des fans de la série, dont je fais partie. Toute cette semaine nous nous sommes demandés si Esmail allait enfin répondre à nos questions sur ce qu’est cette fameuse phase 2, sur les éventuels survivants de la fusillade de l’épisode 10.. Et ce fut le cas. Mais nous savions déjà que la saison 3 avait été commandée par USANewtwork. Il était donc logique que nous nous attendions à une fin d’épisode en cliffhanger..

Le génie de la série

Mais le génie de l’oncle Sam nous fait oublier tous ces détails et réussit toujours à nous prendre par surprise. Que ce soit par les plans de caméra uniques en leur genre (un des points forts de la série selon moi), ou par le jeu d’acteur excellent de Rami Malek, la série parvient à nous envelopper dans son univers. Elle nous captive jusqu’à nous faire oublier tout autour de nous. Et comme pour la saison 1, la fin m’a laissé bouche-bée.

L’enchaînement des scènes est très bien fait, du fait que les 47 minutes de l’épisodes passent à une vitesse impressionnante. Et une fois la scène post-générique finie (ne la ratez pas ^^), une fois remis de mes émotions, j’ai senti comme un vide. Probablement le fait que je suis conscient que je vais devoir attendre encore un an avant de voir la suite. Un an sans Mr. Robot, c’est dur. Et pourtant le dénouement totalement idiot de cette saison permet d’avoir des choses à redire.


Le dénouement totalement idiot  ?

Sam Esmail nous laisse donc encore une fois avec un tas de question auxquelles nous avons un an pour réfléchir :

  • Comment Angela est-elle entrée en contact avec Tyrell ? Quand ?
  • Pourquoi considèrent-ils « normal » d’avoir tiré sur Elliot ?
  • L’imagination d’Elliot nous a-t-elle encore joué des tours cet épisode ?
  • Quels sont les plans de la Dark Army pour Mobley et Trenton ?

Mais comme toutes les communautés, il y a toujours ceux qui ne ressentent pas le sentiment général ressentit par les autres fans. Certains pensent que la seule raison de regarder Mr. Robot désormais est d’avoir les réponses à nos questions, et plus de passer un bon moment devant l’épisode. « Le denouement totalement idiot » de la saison 2 défini ainsi par certains comme une manière indigne de garder sa communauté et ainsi « forcer » les viewers à regarder la série en enchaînant cliffhanger sur cliffhanger. Je ne suis pas de ceux-la. Je pense que la série a encore beaucoup d’avenir, peu importe le nombre de saisons qui lui reste. Le final sera grandiose, je vous le garanti.


-Badong

 

 

 

Le dénouement totalement idiot, mais en bien – The signal

Synopsis

Bon, eh bien on dirait que nous avons mal choisis notre nom de domaine.. Enfin bref, salut tout le monde, c’est parti pour un autre film, j’ai nommé, The signal. On suit les aventures d’un groupe de jeunes adultes en road-trip dans les Etats-Unis (je ne me souviens plus du motif, un déménagement je crois). Un soir, le geek (repérable à 2 Km) capte un signal sur son pc et se fait contacter par individu. Joueurs, les deux potos vont s’amuser à remonter la source du signal, pour rencontrer ce mystérieux inconnu. (Vous verrez que malgré le titre, le dénouement totalement idiot du film vaut le coup d’en parler)


Le film en lui-même

C’est un film plutôt agréable à regarder un soir, tard. Après êtres remontés jusqu’au signal, les ados se font donc enlever dans les airs, de ce qu’on voit juste avant le black-out. Le personnage principal (le pote du geek) se réveille ensuite dans un complexe  – où le blanc semble être le couleur vénérée – avec comme interlocuteur principal Morpheus. Ça faisait drôlement longtemps que je ne l’avais pas vu lui dites-donc. Bref, ni le personnage, ni le public sait où il se trouve, il ne se souvient de pas grand-chose, bla-bla-bla.. Ce qui intrigue, c’est le port de combinaisons stérilisées par tous les membres du complexe, Morpheus y-compris. On va se demander tout le long de cette partie du film ce qui se passe, pourquoi ils ont peur de nos protagonistes, pourquoi ils les ont enlevé ? Comment cela va-t-il finir ?


Le dénouement totalement idiot (ou pas ?)

J’aime bien ce film. Vraiment, c’est un moment agréable à passer devant un écran, cependant, la fin peut gêner quelques personnes comme moi. Attention huge spoilers.

La scène de fin est vachement bien foutue (Ne regardez pas les trailers si possible, ils en montrent beaucoup trop). Cette course sur le pont, je sais pas pourquoi, je l’ai trouvée très agréable. Probablement à cause de l’angle choisi pour filmer, probablement aussi à cause de la musique qui s’arrête brusquement au moment où il s’élance. Pleins de petits détails qui rendent cette scène très intéressante. Elle n’a rien d’exceptionnel, mais elle est sympa. et cette course donc, qui le mène jusqu’à une sorte de mur de verre invisible depuis l’intérieur du complexe. Ah oui je vous l’avais pas dit ? ils sont sortis du complexe. Ils sont dehors. Mais pas le vrai dehors, non. Car derrière ce mur de verre se trouve les entrailles d’un vaisseau Alien. Et là, boum, zoom arrière, le vaisseau rentre sur sa planète, musique rock, écran des crédits.

Eh ben j’ai adoré la fin. Pourquoi choisir le dénouement totalement idiot comme titre de cette partie alors ? Parce que malgré le fait que je l’adore, il peut en décevoir certains. En effet, on aurait aimé en savoir plus sur ce film, d’autant plus qu’il est court (1h37). C’est une fin simple, mais efficace. Mais c’est justement ça qui rend la fin assez exceptionnelle, c’est qu’on nous laisse avec un tas de questions sans réponses (cc M. Esmail). Cela crée un certain effet d’ébahissement chez le spectateur, un choc, et c’est ce qui rend la fin sympa. De plus, voir une fin qui sort des règles, ça fait plaisir de temps en temps.

En bref, un film très intéressant, des personnages peut-être un peu clichés, mais une fin qui laisse bouche-bée. À voir.


-Badong

Exam, le dénouement totalement idiot

Un film ?!

Oui, je vais exceptionnellement parler d’un film dans  cet article. Mais le dénouement totalement idiot de ce dernier vaut le coup d’en parler, nous verrons cela plus tard. Il s’agit du film Exam. Exam, donc est un film de Stuart Hazeldine réalisé en 2009, sorti en 2012 en France. Un ami me l’a recommandé et nous avons fini par le regarder ensemble. Je peux vous résumer le synopsis sans vous spoiler dans un premier temps : 8 candidats présents dans une salle pour passer un entretient d’embauche. Chacun dispose d’un bureau d’une feuille blanche et d’un crayon. Le « recruteur » leur explique donc les règles : ils ont 80 minutes pour répondre à la question. Le problème ? Il n’y a pas de question. Et le film nous embarque donc dans son histoire avec ces seules indications.


Une intrigue intéressante

Je me demandais vraiment ce que le film allait me proposer pour une scène durant plus de 80 minutes. Et je dois avouer que c’est une des raisons pour lesquelles j’avais envie de le regarder. Et d’une manière ou d’une autre, on passe les 80 minutes sans s’ennuyer. Chaque candidat représente un archétype de personnage classique. L’un d’entre eux décide justement de donner un surnom à chaque membre du groupe : la blonde, le noir, le marron, le blanc, la chinoise etc.. Et comme nous (le publique) sommes joueurs, pendant toute la durée du film nous allons donc essayer de deviner qui sera le candidat qui réussira le test en premier. Nous allons également nous demander quelle est cette fameuse question dont on nous parle depuis le début du film. L’enchaînement des actions et tentatives plus ou moins désespérées des candidats pour essayer de trouver une réponse fait monter la tension pendant ces 80 minutes. Plus on avance donc, et plus on s’attend à un climax exceptionnel, une révélation quant à la nature même de la question, à se demander même si le film ne serait une expérience intéressante/ un thèse sur la nature humaine et les interactions entre les membres du groupe.                                                   Eh ben non.

(Malgré ce que je m’apprête à dire, je vous encourage à regarder ce film)


Le dénouement totalement idiot (spoilers)

Wow. Jamais un film ne m’avait autant déçu auparavant. Sans exagérer. Après tout ce qui s’est passé dans cette salle (on nous a même fait croire à la mort d’un personnage !), le film nous dévoile une fin qui nous laisse bouche-bée, non pas pour sa pertinence, mais par sa nullité. Le dénouement totalement idiot le voici : Lors de son speech de bienvenue, le recruteur explique les règles aux candidats et finis son discours par : » Des questions ? ». Vous l’aurez deviné en lisant cet article, ceci est la fameuse question à laquelle nos candidats essaient de répondre. Je n’y ai pas cru dès le départ. Et pourtant.. Toutes les péripéties vécues par nos personnages n’ont servi qu’à nous amener à cette fin d’une simplicité impressionnante. Nous étions en droit de nous attendre à quelque chose de plus puissant, un message peut-être de la part du film, mais rien de cela. Le film paraissait pourtant prometteur. C’est un concept gâché. Ah, au fait, je vous avais parlé du sois-disant Virus décimant la population ? Ben le film non plus. Comme si le réalisateur lui-même ne croyait pas à cette justification. Le virus n’est qu’un prétexte pour donner un enjeu à l’intrigue, pour combler le vide du scénario. N’étant pas un adepte des huis clos, ce film ne pourra qu’augmenter ma réticence face à ce genre de films.


-Badong